Comment a évolué l’emploi entre 2011 et 2012 en France et dans le secteur privé ?

Evolution emploi

17.9 millions de salariés dans le secteur privé en 2012, un salaire moyen par tête qui progresse et 1/3 des régions de France sont créatrices d’emploi. Emploi et nous, vous partage l’enquête de l’ACOSS.

En 2012, l’emploi du secteur concurrentiel est stable, au niveau de 17,9 millions de salariés, après avoir progressé de 1,1 % en 2011. La masse salariale augmente de 2,2 %, à un rythme ralenti par rapport à celui de 2011 (+ 3,6%). Le salaire moyen par tête progresse de 2,2%, contre 2,5% l’an dernier.

Le ralentissement de 2012 a affecté la plupart des régions. L’emploi se contracte principalement dans le centre et le nord de la France, à des rythmes de – 1,3 % à – 0,2 %. Un tiers des régions créent encore des emplois, avec des évolutions comprises entre + 0,1 % et + 2,2 %.

L’hébergement-restauration, la santé, l’action sociale et les activités informatiques ou de conseil figurent parmi les secteurs moteurs de la plupart des régions. Compte tenu d’une part relative plus importante en termes d’effectifs salariés, les variations d’emploi en Ile-de-France et RhôneAlpes expliquent fortement les évolutions sectorielles nationales dans l’industrie et le tertiaire.

Cependant, certaines régions se démarquent : Midi-Pyrénées contribue favorablement à l’industrie, les Pays de la Loire pèsent sur l’évolution nationale de l’intérim, et trois Dom participent à la moindre baisse de l’emploi dans la construction et l’intérim

En 2012, près des deux tiers des régions perdent des effectifs, des baisses de plus de 1 % étant observées dans les régions Champagne-Ardenne, Picardie, Franche-Comté, Limousin, Lorraine et Martinique. A contrario, les trois autres Dom (de + 0,7 % à + 3,1 %), la Corse (+ 1,2 %) et Midi-Pyrénées (+ 0,6 %) sont les régions les plus créatrices d’emploi.

Évolution de l’emploi par région entre 2011 et 2012

Le salaire moyen par tête (SMPT) croît de 2,2 % en 2012, pour atteindre 2 392 € en moyenne.

Concernant la masse salariale, elle progresse de 2,2 % en 2012 (après + 3,6 % en 2011) avec des disparités régionales proches de celles constatées sur l’évolution de l’emploi. Ainsi, la Franche-Comté, qui connaît l’une des baisses d’emploi les plus notables, est la seule région à enregistrer une baisse de la masse salariale en 2012 (- 0,4 %). A contrario, la Corse, les Dom hors Martinique et Midi-Pyrénées observent des hausses comprises entre 3,4 % et 6,0 %.

Évolution de l’emploi, la masse salariale et du salaire moyen par tête (SMPT) entre 2011 et 2012

L’évolution par zone d’emploi

La région Midi-Pyrénées est la seule où la principale zone d’emploi (en termes d’effectifs) est également la plus dynamique : la zone de Toulouse gagne 1,7 % d’effectifs salariés. Dans six régions, la zone la plus importante en nombre de salariés se situe au deuxième rang des progressions d’effectifs par zone d’emploi : la zone de Reims en Champagne-Ardenne, celle de Lille dans le Nord-Pas-de-Calais, celle de Montpellier dans le Languedoc-Roussillon, celle de Nantes dans les Pays de la Loire, celle de Bordeaux en Aquitaine et la zone de Bastia en Corse. Ces zones sont souvent davantage impactées par le recul de l’intérim que les zones les plus dynamiques de ces régions.

En Ile de France, les zones d’emploi de Marne-la-Vallée (+ 2,1 %) et Poissy (+ 1,7 %) sont les plus dynamiques. Cependant, la zone d’emploi de Paris (+ 0,3 %) participe le plus à l’évolution régionale compte tenu de son poids (près de deux tiers des effectifs de la région).

En Champagne-Ardenne, en Picardie et en Haute-Normandie, l’ensemble des zones d’emploi perdent des effectifs salariés, à des rythmes compris entre – 0,1 % et – 3,5 %.

Plus d’information et source : www.acoss.fr / www.urssaf.fr

Actualité de l’évolution de l’emploi en France et par région 2011- 2012 réalisée par Emploi et nous www.emploietnous.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.