Ne tournez pas le dos aux troubles musculo-squelettiques

« J’ai mal au dos ». Voilà une plainte – devenue routine même – que l’on entend de plus en plus dans les couloirs d’une entreprise, d’une administration. Et pourtant, il est si simple de s’en prémunir et de ne plus, voire moins souffrir du dos au travail.

Les troubles musculo-squelettiques

Les troubles musculosquelettiques – appelés TMS – peuvent toucher aussi bien les membres supérieurs que les membres inférieurs. Il s’agit de troubles de l’appareil locomoteur affectant principalement les muscles, les tendons, les nerfs autrement dit, tous les tissus mous. Tendinopathie, syndrome du canal carpien au poignet, épicondylite au coude, hygroma du genou, sciatique, torticolis, cruralgie, lombalgie en sont quelques exemples. Raideur, douleur, maladresse ou encore perte de force sont les signes de ces TMS.

La réorganisation du travail et la prévention des TMS

La gamme « antidouleur »

La prévention des TMS passe par l’acquisition de dispositifs ergonomiques qui visent à modifier les situations de travail en améliorant la posture des salariés. Il peut s’agir de concevoir autrement les équipements de travail – aménager les postes de travail en s’appuyant sur des normes, réduire les efforts en améliorant la conception des outils utilisés notamment – et d’acquérir des équipements de travail individuels.

De nombreuses solutions de prévention passent par l’acquisition d’outils – ceintures lombaires, ceinture anti-vibration, ceinture de contention pour le travail de force, ceinture chauffante, semelles amortissantes par exemple – mais aussi du matériel spécifique – chaise ergonomique notamment – qui mis à la disposition des salariés permettent de répartir les forces de pression, d’adopter de bonnes postures et d’amortir les charges par exemple.

La démarche de prévention

La plupart des TMS sont liés à de mauvaises postures ou la mise en œuvre de gestes inadaptés par rapport à une tâche. 

De ce fait, mettre en œuvre en tant que professionnel, une démarche de prévention des risques professionnels est indispensable. Un ensemble de dispositifs permettent ainsi de préserver la santé et la sécurité des salariés – améliorer les conditions de travail, gérer le stress, mettre en place des actions pour le bien-être au travail, sensibiliser aux gestes et postures, adapter les postes de travail, évaluer les risques, mettre en place des procédures adaptées pour la manutention et le port de charges lourdes, acquérir des EPI par exemple – et au final, de coûter moins cher à l’entreprise en minimisant les accidents du travail et les arrêts maladie.

Et, pour y arriver il convient d’avoir une réflexion collective. Mais aussi il est essentiel de mettre en place, de planifier et de suivre cette démarche avec des outils de gestion de la santé et de sécurité pertinents pour tous. Sans oublier qu’il est essentiel de communiquer, de valoriser, d’informer et de former. Car sans ces moteurs fort d’implication et de motivation, la démarche reste vaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *