Portrait d’un entrepreneur dans l’ingénierie !

ingenieur

Portrait d’un entrepreneur dans l’ingénierie !
Mj est un entrepreneur passionné, découvrez comment il est arrivé à la création d’entreprise !

« Tout est parti de mon intérêt pour les nouvelles technologies automobiles » Être passionné, c’est déjà être convaincu de sa réussite ! La création d’entreprise est un parcours risqué, mais cela peut être une belle aventure si elle est bien maîtrisée et si vous savez vous entourer. Pour Emploi et nous, Mj revient sur son parcours :

Présentez-vous

Je suis MJ, 28 ans. Après un bas S, option science de l’ingénieur et un DUT en Génie Industriel et Maintenance, j’intègre l’école d’ingénieur Polytech’Orléans. Je termine mon cursus initiale avec un semestre d’étude en Suède en tant qu’étudiant ERASMUS (plus d’informations sur le programme erasmus, ici) .

A mon retour, je suis embauché par une société d’ingénierie et j’ai travaillé 4 ans comme ingénieur d’études chez un grand groupe automobile Français. En 2011-2012, Je profite de la baisse d’activité du secteur automobile pour reprendre mes études en école de commerce à l’ISC Paris et suit un MBA spécialisé entrepreneur.

En 2013, je crée EEVI, la première agence digitale dédiée à l’automobile connectée. Basée à paris, la société accompagne les acteurs du marché dans la conception de nouveaux produits, services pour l’automobile. EEVI connecte les voitures à internet, aux smartphones et à tout ce qui nous entoure afin de répondre aux besoins de mobilité, d’instantanéité et d’info-divertissement des consommateurs.

Comment avez-vous eu cette idée ? et comment avez-vous rencontré vos associés ?

Tout est parti de mon intérêt pour les nouvelles technologies automobiles et pour la mobilité numérique. Je me suis demandé comment mêler ces deux centres d’intérêt. Et j’ai trouvé ma réponse dans le segment de niche de l’automobile connectée. J’ai rencontré un de mes associés à l’école primaire et l’autre au salon de l’entrepreneur deux ans auparavant. Tous des entrepreneurs wannabe. Chacun avait sa spécialité et cela avait très bien fonctionné donc on s’est lancé.

Avez vous eu recours à une formation spécifique, à des experts, à des conseillers d’organismes pour la création d’entreprise ?

J’ai suivi une formation entrepreneuriat à l’ISC Paris qui m’a donné de bonnes bases pour démarrer. J’ai trouvé beaucoup d’informations sur le site de l’APCE et également via d’autres entrepreneurs avec qui on se partage les bons plans et des astuces. J’ai également rencontré les structures d’accompagnement de l’innovation type Initiative-France Haut de Seine etc.

Aujourd’hui votre entreprise se lance, comment faites vous pour aller à la recherche de clients ?

Je cible mes clients puis je cherche dans mon réseau et je regarde si nous avons des connaissances en communs. Je me renseigne sur leur activité afin de leur proposer des services/produits adaptés. Puis, je les contacte pour prendre rendez-vous. Je vais dans les salons aux thématiques automobiles et je me rapproche des pôles de compétitivité. J’ose beaucoup et ça marche très souvent. Mais la façon la plus rapide de trouver des clients c’est de trouver les bons partenaires qui possèdent déjà une base de clientèle. Je ne suis pas un commercial, mais j’ai du me faire force et y aller ! N’hésitez pas à vous lancer et à aller les chercher.

Comment votre lancement d’activité évolue depuis le début?

Au départ nous étions 100% orienté automobile connectée. Aujourd’hui, nous nous rendons compte que le marché a besoin encore un peu de temps et que notre taille rend difficile le contact avec les grands comptes. Nous nous intéressons donc à d’autres acteurs de l’automobile et nous recentrons nos activités sur des activités web et mobile plus classiques mais toujours dans l’optique de préparer les outils qui serviront l’automobile connectée de demain. Fort de nos rencontres, nous avons recensé les besoins du marché et nous travaillons sur le développement de produits innovants.

Quels conseils pourriez vous donner aux futurs entrepreneurs ?

  • Ne pas avoir peur de parler de son projet. En parler et accepter les remarques, c’est diminuer les chances de se planter.
  • Écrire son business plan sérieusement mais ne pas stagner dessus. Il ne sera jamais parfait.
  • Aller à la rencontre de vos clients B2B ou B2C le plus tôt possible et exposer leur vos produits/services. Écoutez leurs besoins et retravaillez votre offre.
  • S’entourer d’autres entrepreneurs et de chefs d’entreprises. Vos premières opportunités naîtront probablement de là. Faites marché votre réseau !
  • Ne pas réinventer la roue et collaborer avec vos fournisseurs, voir vos concurrents.
  • Penser Europe pour vos fournisseurs et vos partenaires !

Interview réalisée par Emploi et Nous www.emploietnous.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.