Revenir vers l’emploi en créant sa propre entreprise ?

photographe

Revenir vers l’emploi en créant sa propre entreprise ?
Nathalie, femme entrepreneur, nous explique pourquoi elle a décidé de créer son propre emploi !

« Il était pour moi impossible de rentrer sur le marché du travail ». Créer son entreprise permet parfois de revenir à un emploi ! La création d’entreprise est un parcours risqué, mais cela peut être une belle aventure si elle est bien maîtrisée et si vous savez vous entourer. Pour Emploi et nous, Nathalie revient sur son parcours :

Présentez vous

Nathalie, 51 ans, j’ai créé avec mon frère un studio en ligne de retouche photo : WaooImage. Nous travaillons aujourd’hui en BtoB avec les photographes, eCommerçants et agences web. J’assure le développement commercial et la gestion.

Pourquoi avez-vous créé votre propre emploi ?

J’ai fait des études de Gestion à l’Université de Paris Dauphine. Après 3 ans de contrôle de gestion classique, j’ai suivi mon mari, muté à Düsseldorf où j’ai assuré la gestion et la paye à l’école Française. Mais en Allemagne il était impossible de trouver un emploi avec un jeune bébé (très peu de crèches).

De fil en aiguille, nous avons habité ensuite Berlin (juste après la chute du mur), Rennes, Karlsruhe, Strasbourg, avant de rentrer à Paris en Août 2009 avec 5 enfants.

Il était pour moi impossible de rentrer sur le marché du travail, n’ayant pas eu une carrière rectiligne. Mon frère avait entamé une reconversion professionnelle : d’ingénieur dans le design automobile il voulait mettre au service des particuliers ses compétences en retouche photo. Nous nous sommes associés et avons passé le concours d’entrée à l’incubateur de la CCIP. Dans la foulée est né WaooImage.

Vous avez lancé en 2010, une entreprise spécialisée dans la retouche photo en ligne et la valorisation des produits à vendre sur le net ou le print. Pourquoi vous vous êtes lancés dans cette aventure ?

Administrativement la SARL a été créée en mars 2010. Dans notre enfance nous avons été inondés de photos et de conseils photographiques, par notre père qui avait été reporter photographe dans les années 50. Il était passionné par des découpages/collages/montages de tirages photos argentiques. Photoshop permettait tout à coup de reproduire ces montages de façon beaucoup plus fine.

C’est dans nos racines que nous avons puisé, pour trouver la source de la création de notre société.

Comment vous vous êtes entouré pour créer votre entreprise ?

L’incubateur m’a permis personnellement d’apprendre de façon très dense les fondamentaux de la gestion d’une entreprise grâce à des intervenants de grande qualité. 3 pôles nous sont proposés : développement personnel, analyse produit et analyse financière et juridique.

Malgré la densité de l’enseignement à l’incubateur, de mon côté, j’ai continué à suivre des ateliers dans les différentes associations de femmes entrepreneur que je fréquente : CyberElles, ActionElles et Mampreneurs.

J’ai complété également par une formation commerciale.

Mon frère a suivi une formation de retoucheur à l’Ecole des Gobelins. Il s’est entouré d’un excellent réseau de formateurs d’Adobe (créateur de Photoshop) qui ont validé techniquement le projet avec nous. J’ajouterais que le marché a été pour nous également très formateur : nous avons commencé avec une offre BtoC et un site en flash, pour évoluer depuis septembre 2012 sur le BtoB avec un site Html. Le temps nous a permis de mûrir notre offre et de nous adapter au marché.

Quels conseils pourriez-vous donner aux entrepreneurs qui n’osent pas franchir le pas ?

Je conseillerais de commencer avec un vrai capital (dans notre cas 50000€) pour se laisser le temps de faire les premières erreurs.

A l’incubateur, on finit par le crash-test : votre business plan rallongé sur 2 fois plus longtemps, avec 2 fois moins de CA. Si çà passe, vous avez vos chances…

Dans les grandes valeurs indispensables pour l’entrepreneurs, je compte la patience, la rigueur, l’écoute du client, la tenacité et l’humour.

Le temps passe très vite et les journées sont très pleines. La crise peut favoriser les petites structures agiles, alors plongez !

Interview réalisée par Emploi et Nous www.emploietnous.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.