Micro-entrepreneur : Pourquoi et comment le devenir ?

Pourquoi devenir micro entrepreneur ?

Vous souhaitez créer votre propre entreprise afin de travailler à votre rythme, sans la pression d’un patron ou d’un supérieur hiérarchique ? Pour démarrer votre société, nous vous conseillons d’opter pour le statut de micro-entreprise comme plus d’un million de Français. Découvrez dans ce guide les particularités et les avantages de ce régime et les étapes à suivre pour commencer votre aventure entrepreneuriale.

Qu’est-ce que le régime micro-entrepreneur ?

Ce régime est celui d’une entreprise individuelle simplifiée qui a été lancé en 2009. Il s’adresse aux personnes qui souhaitent exercer une activité professionnelle seule, en testant sans prendre trop de risques leur activité.

En janvier 2016, le terme auto-entrepreneur a été remplacé par celui de micro-entrepreneur, toutefois, il est toujours largement utilisé dans le monde professionnel. Le statut d’auto-entrepreneur en France a été mis en place afin d’encourager l’entrepreneuriat individuel. Cela a permis à de nombreux employés et sans-emplois de devenir entrepreneurs grâce à des mesures sociales et fiscales incitatives. Il peut également être cumulé avec le statut d’étudiant, de fonctionnaire ou de retraité en devenant une activité secondaire.

Initialement conçu pour les activités liées à Internet, ce régime s’est ensuite ouvert à de nombreux autres domaines. Il peut s’agir d’une activité libérale, artisanale ou commerciale à titre principal ou pour obtenir un complément de revenu. Il existe tout de même des exceptions à connaitre avant de devenir micro-entrepreneur. Ainsi, vous ne pouvez pas devenir auto-entrepreneur si votre projet concerne :

  • Les activités immobilières comme le métier d’agent immobilier
  • L’exploitation agricole qui est déjà liée à la MSA
  • Les activités de location de matériels ou de biens de consommation durables
  • Les métiers artistiques étant rémunérés en droits d’auteur
  • La vente de véhicules neufs dans les pays membres de l’Union européenne
  • Les activités libérales d’officiers ministériels et publics
micro entrepreneur au travail

Les particularités de la micro-entreprise

Le micro-entrepreneur est un travailleur non-salarié qui bénéficie d’un régime social et fiscal spécifique. Ce régime a un franc succès, mais ne peut être adopté que si vous respectez certaines conditions. La première concerne le plafond de chiffre d’affaires de votre micro-entreprise. Depuis 2012, ce dernier est limité à 70 000 € et 170 000 € respectivement pour les prestations de services et les entreprises réalisant des activités commerciales.

Le régime de micro-entrepreneur n’est pas soumis à la TVA, mais à la franchise en base de TVA. La facturation de cette taxe sur la valeur ajoutée ne doit être réalisée que lorsque le seuil de chiffre affaires est dépassé. En revanche, vous ne pouvez pas récupérer la TVA sur les achats. Les factures doivent ainsi porter la mention « TVA non applicable en vertu de l’article 293 B du CGI ».

Les avantages de la micro-entreprise

Le micro-entrepreneuriat vous permet de créer votre entreprise rapidement et facilement. Les démarches de création sont gratuites et les étapes peuvent être réalisées en ligne. Elles ne vous prendront que quelques minutes pour remplir les informations obligatoires ou envoyer votre demande.

Devenir micro-entrepreneur, c’est bénéficier d’un taux de prélèvement social et fiscal faible. Cela signifie que vous payerez vos impôts et les charges sociales en fonction du CA réalisé. De plus, les charges réelles ne sont pas prises en compte. Cela signifie que si votre CA est de 0, vous n’aurez pas à payer une cotisation sociale minimale. À la place, un abattement forfaitaire sera appliqué sur votre chiffre d’affaires afin de calculer l’imposition de vos bénéfices professionnels.

La gestion d’une micro-entreprise est réduite au strict minimum, puisque vos dépenses sont minimes. Toutefois, parmi les obligations légales à respecter, il y a la tenue d’un livre des recettes mis à jour quotidiennement et d’un registre des achats. Vous devrez également produire et conserver les factures et devis en fonction des besoins. La déclaration du chiffre d’affaires encaissé par votre entreprise devra être effectuée tous les mois ou à chaque trimestre selon votre choix.

Les étapes pour devenir auto-entrepreneur

Les procédures de création d’une micro-entreprise commencent par la déclaration d’activité auprès de l’administration. Vous devrez renseigner les informations essentielles sur votre projet à savoir l’identité de l’entreprise, l’adresse de correspondance et professionnelle, le type d’activité, le choix du régime fiscal et social. Vient ensuite l’étape de votre immatriculation en tant que micro-entrepreneur. Pour cela, vous devez commencer par former votre dossier en réunissant les pièces suivantes :

  • La copie d’une pièce justificative d’identité avec la mention « Je certifie sur l’honneur l’exactitude de cette pièce justificative d’identité »
  • Le formulaire CERFA n° 15253*03 à télécharger sur le site du service public ou à compléter en ligne. Ce dernier doit être rempli et signé avant d’être retourné
  • Un justificatif de domicile de moins de trois mois (attestation d’hébergement, facture d’électricité, etc.)

Lorsque ces documents sont en votre possession, vous pourrez vous inscrire en tant que micro-entrepreneur sur le site du CFE URSSAF ou vous rendre directement auprès du CFE compétent. Pour des activités artisanales, rendez-vous à la Chambre de Métiers et de l’Artisanat. Dans ce cas, une attestation de participation à un Stage de Préparation à l’Installation (SPI) ou un certificat de dispense du stage signé par la Chambre des Métiers peut vous être demandé. Pour les activités commerciales, vous devez vous adresser à la chambre de commerce et d’industrie. Si vous comptez exercer une activité libérale, vous devrez vous rendre à l’URSSAF.

Ces démarches seront validées par la réception de divers documents et informations :

  • Votre numéro SIRET
  • La notification sur votre régime d’imposition et votre TVA
  • Les adresses fiscales pour déclarer et payer votre impôt sur les bénéfices

Depuis 2015, une immatriculation au Registre des Commerces et des Sociétés est aussi obligatoire pour les auto-entrepreneurs qui effectuent une activité commerciale, artisanale et industrielle. Une fois que vos démarches sont réalisées, vous devrez créer un compte bancaire dédié à votre activité professionnelle dans un délai de 12 mois.

Devenir auto-entrepreneur est une solution adoptée par les créateurs d’entreprises souhaitant tester un projet. Les démarches de création sont faciles et en cas d’échec, les risques financiers sont encore faibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.