Travailleur social, l’éducateur spécialisé participe à l’éducation d’enfants et d’adolescents qui sont qualifiés d’inadaptés au système éducatif traditionnel. Il joue donc le rôle d’un assistant socio-éducatif. D’autre part, l’éducateur spécialisé peut également soutenir des adultes avec des déficiences physiques et psychiques.

En quoi consiste le métier d’éducateur spécialisé ?

L’éducateur spécialisé assiste les enfants, les adolescents, mais également les adultes avec des handicaps mentaux et physiques. Ces personnes présentent des difficultés d’ordre social ou encore différents troubles comportementaux qui rendent difficile leur insertion sociale.

En tant que tel, l’éducateur spécialisé est souvent appelé à collaborer avec d’autres professionnels, comme les psychologues, les assistants des services sociaux, les enseignants, les psychiatres ou encore les magistrats.

Les missions de l’éducateur spécialisé

L’éducateur spécialisé peut assurer plusieurs missions. Il peut assister des enseignants en s’occupant d’un groupe de jeunes ou d’enfants ayant des difficultés d’apprentissage. Les séances se déroulent en dehors des heures de classe ou sous forme d’atelier. Ce professionnel peut également prendre en charge les jeunes en difficulté durant les heures de cours. Il peut également organiser la vie quotidienne des enfants ou des adolescents dont il s’occupe. Un éducateur spécialisé peut œuvrer dans un quartier en tant qu’éducateur de rue. Dans ce cas, il aide les jeunes à résoudre divers problèmes comme les problèmes affectifs ou encore les problèmes d’insertion sociale qu’ils rencontrent.

L’éducateur spécialisé peut également travailler auprès des adultes dans des centres pour adultes. Il peut ainsi travailler dans diverses institutions comme les prisons, les maisons de retraite ou encore les établissements hospitaliers. Enfin, il peut collaborer avec les missions humanitaires pour aider les personnes ayant des problèmes de réinsertion après une guerre par exemple.

Les qualités nécessaires pour devenir éducateur spécialisé

Puisque l’éducateur spécialisé va travailler auprès de personnes variées, il doit faire preuve d’une grande polyvalence. En effet, les manières ainsi que les lieux d’intervention varient d’une personne à une autre.

Crédit Photo: August de Richelieu via Pexels

Par ailleurs, puisque le rôle principal de l’éducateur spécialisé est de venir en aide à des personnes souffrantes, vivant souvent des situations vraiment dramatiques, l’éducateur spécialisé doit être solide et stable psychologiquement. Il doit avoir un sens des réalités pour pouvoir aider efficacement les malades. Ce métier exige également un sens de l’écoute et de la persévérance parce qu’aider les personnes handicapées n’est pas toujours facile. Il doit être à la fois souple et ferme dans ses décisions.

Formation et études

Un DEES ou Diplôme d’État d’Éducateur Spécialisé est requis pour exercer le métier d’éducateur spécialisé. Ce diplôme est d’un niveau bac + 3. Avant de commencer la formation, les candidats doivent faire l’objet d’un positionnement de leurs acquis et de leurs expériences professionnelles. Un allègement de formation peut être octroyé selon le résultat de ce positionnement.

Passer le concours d’assistant territorial socio-éducatif est requis si l’éducateur spécialisé veut travailler dans la fonction publique territoriale.

Salaire

Le salaire d’un éducateur spécialisé s’élève à 1 790 € selon la convention des établissements et services pour personnes inadaptées et handicapées.

Un moniteur-éducateur débutant peut gagner jusqu’à 1 626 € s’il travaille dans la fonction publique territoriale.

Perspectives d’évolutions

Un éducateur spécialisé peut continuer les études et obtenir un DEIS ou Diplôme d’État en Ingénierie Sociale, un CAFDES ou certificat d’aptitude aux fonctions de directeur d’établissement social ou encore un CAFERUIS ou certificat d’aptitude aux fonctions d’encadrement et de responsable d’unité d’intervention sociale. Il peut alors prétendre au poste de directeur d’établissement social privé ou de conseiller conjugal et familial.

Poser une question