Le Fongecif, c’est quoi ?

Le Fonds de Gestion des Congés Individuels de Formation (FONGECIF) est un organisme qui, grâce à la contribution des entreprises à la formation professionnelle de leurs salariés, propose un ensemble de dispositifs de formation aux salariés pour évoluer, changer de poste, préparer un examen, se réorienter…

Le FONGECIF informe, oriente, conseille et accompagne les salariés dans leur projet personnel de formation et de mobilité professionnelle, et peut contribuer au financement de ce projet.

Qui est concerné par le Fongecif ?

Les salariés et les entreprises.

Quelles sont les missions du Fongecif ?

  • Les conseillers FONGECIF accompagnent les salariés dans leur projet d’évolution, de reconversion… en proposant plusieurs dispositifs : le Congé Individuel de Formation (CIF), le Congé Bilan de Compétences (CBC), le Congé Validation des Acquis de l’Expérience (CVAE) et le Droit Individuel à la Formation (DIF).
  • Le FONGECIF finance ces dispositifs grâce à la contribution obligatoire pour la formation professionnelle récoltée auprès des entreprises.

Les principales mesures pour la formation professionnelle en France

La formation professionnelle a connu une profonde réforme récemment. Ainsi de nombreuses nouvelles mesures ont été prises afin de rendre ce type de formation plus accessible, de meilleure qualité et plus fiable. Voici les principales mesures pour la formation professionnelle en France.

Le Compte Personnel de Formation ou CPF

Dès l’âge de 16 ans, chaque individu est en droit de disposer d’un compte personnel de formation ou CPF et qui sera valable tout au long de sa carrière professionnelle. Ce compte vous permet d’accéder à de nombreux services de formation et d’acquérir des diplômes, certificats et compétences.

Les personnes ayant un compte personnel de formation disposent de crédit horaire alloué aux formations et qui est plafonné en euros. Pour les salariés, il est de 500 € par an, tandis que pour les personnes non qualifiées, il s’élève à 800 € par an, dont le plafond global s’élève à 8 000 €. Avant le 1er janvier 2019, ce crédit horaire était calculé en fonction de la rémunération ou du temps de travail.

Cette mesure permet de mettre en place un système plus égalitaire. En effet, les formations ne coûtent pas le même prix. De plus, un système similaire a remplacé la méthode de calcul du congé alloué aux salariés pour les formations de longue durée.

Mesures concernant le financement

Il y a également une réforme au niveau du financement des formations. En effet, les fonds sont collectés par les Organismes Paritaires Collecteurs Agréés ou OPCA. Ils sont chargés de récupérer les fonds destinés à financer les formations et prodiguent des conseils aux entreprises et aux employés concernant les formations à suivre.

Parmi ces organismes, l’on peut citer Fongecif qui est un organisme paritaire interprofessionnel et régional chargé d’informer, d’apporter des conseils, d’orienter et d’accompagner les personnes dans leurs projets de formation.

Mesures à propos de la formation

Les plans de formation sont désormais remplacés par les plans de développement de compétences depuis de 1er janvier 2019. Désormais, il est possible d’accéder à des actions de formation modernes et sophistiquées, notamment grâce au e-learning ou la participation à des conférences où la réservation peut se faire via une application mobile dédiée.

Cette application permet de consulter son solde compte personnel de formation, de choisir les modalités de formation et d’autres fonctionnalités pratiques.

Le financement des plans de développement des compétences

Un changement important est noté au niveau du financement des plans de développement des compétences : on ne procède plus par mutualisation.

En effet, ces plans sont désormais financés via un dispositif de solidarité. Si toutes les sociétés vont poursuivre le financement des plans, seules les entreprises dotées de moins de 50 employés pourront bénéficier d’un financement pris en charge par les OPCA. Les entreprises de plus grande envergure devront effectuer un financement via leurs fonds propres.

Réforme des règles d’apprentissage

En ce qui concerne l’apprentissage, de nouvelles règles ont été établies. Par exemple, il est désormais possible de bénéficier des formations jusqu’à l’âge de 29 ans, si l’âge maximum était de 26 ans auparavant.

Il est aussi possible d’opter pour une formation de courte durée si le minimum était d’un an. Désormais, vous pouvez vous inscrire à un apprentissage de 6 mois à condition qu’il s’agisse d’un cycle complet de formation.

Les conditions de rupture du contrat de formation sont également revues. L’employeur peut décider de rompre le contrat, s’apparentant alors à un licenciement qui doit être justifié. L’apprenti peut également rompre le contrat. Il s’agit alors d’une démission.

Les nouvelles obligations des entreprises

Désormais, deux obligations principales lient les entreprises. La première consiste à maintenir l’employabilité, c’est-à-dire que l’entreprise devra fournir à l’employé les compétences nécessaires pour qu’il mène à bien ses missions et adapter le poste de travail.

La seconde consiste à organiser des entretiens professionnels réguliers, dont un entretien obligatoire tous les 2 ans et une formation facultative au moins tous les 6 ans.

Grâce à ces obligations des entreprises, les salariés peuvent développer de nouvelles compétences  qui leur permettront de s’épanouir tant dans le milieu personnel que professionnel.

Un commentaire

  1. VIERLING
    Rédigé le avril 19, 2016

Poser une question