Le manager de transition intervient sur une durée déterminée auprès des entreprises qui sont en pleine restructuration à la suite d’un plan social, un rachat ou une cession d’activité.

En quoi consiste le métier de manager de transition ?

Ce type de poste est apparu outre-Atlantique dans les années 70 pour faire face aux besoins des entreprises en pleine restructuration notamment lors du premier choc pétrolier de 1973. Ce n’est qu’au milieu des années 80 que ce poste est apparu en France. Le métier consiste essentiellement à assurer un rôle de directeur pendant une période charnière de l’entreprise lorsque celle-ci est en cours de transformation (réduction des effectifs, rachat par une autre société, déclaration de redressement…). Le manager de transition doit assurer la supervision de la poursuite des opérations de l’entreprise tout en veillant à prendre les bonnes décisions par rapport aux consignes qui lui ont été données.

Au sein de l’entreprise, sa présence ne sera que temporaire, le temps de mener à bien la transition ou la transformation jusqu’à ce que la société soit redressée ou que sa fermeture soit entérinée. C’est un poste où des décisions très difficiles sont à prendre, notamment vis-à-vis des employés.

Les missions du manager de transition

Parmi les principales missions confiées à un manager de transition se trouve la réduction de coûts d’une entreprise visant à lui faire retrouver le chemin de la croissance et de la rentabilité. Cela passe par une réduction des effectifs, à une réorganisation des processus et aux limitations des frais annexes qui peuvent être mal perçus par les salariés.

Le manager de transition peut être appelé pour gérer une crise passagère d’une entreprise afin d’y entreprendre la restructuration nécessaire avec la possible application d’un Plan Social d’Entreprise (PSE) et d’un accompagnement du personnel qui en bénéficierait. Il peut évaluer les impacts de ces licenciements et définir quels sont les postes redondants ou ceux qui ne sont pas indispensables pour permettre à l’entreprise de maximiser sa profitabilité.

Le manager de transition peut également être appelé pour accompagner un projet de fusion ou d’acquisition d’entreprise avec à la clé la vérification des postes en double, la réorganisation des différentes activités et la mise en place d’un accompagnement pour permettre aux entités fusionnées de continuer leurs activités tout en opérant une transformation qui doit être limitée dans le temps et sans impact pour l’efficacité des équipes.

Les qualités nécessaires pour devenir manager de transition

En règle générale, le manager de transition est un indépendant qui travaille sur des missions de 3 à 12 mois et dont l’expérience dans le domaine du management et dans l’accompagnement au changement est de l’ordre de 15 ans. Ce profil senior dispose de plusieurs compétences essentielles pour assurer sa délicate mission, la première étant son esprit de leadership. Il doit avoir une vision et faire preuve d’autorité pour mobiliser les salariés dans une période difficile ou l’avenir peut paraître incertain. Il doit également rassurer et faire preuve de capacité d’adhésion pour que le projet de transformation arrive à son terme et dans les meilleures conditions.

Le manager de transition doit également faire preuve d’empathie et d’écoute et avoir la capacité d’apprendre et de comprendre l’ADN de l’entreprise dans laquelle il arrive. Il doit faire preuve de discernement et appliquer les décisions du groupe tout en veillant à prendre en considération le point de vue de ses interlocuteurs.

Le manager de transition est également réactif et doit savoir s’adapter aux différentes situations. Compte tenu de l’urgence des missions qui lui sont confiées, il doit apprendre vite et être pleinement opérationnel sous quelques semaines pour conduire les différents chantiers de restructuration. Il doit fusionner avec les valeurs et la morale de l’entreprise tout en veillant à réagir promptement en cas d’imprévus, en modifiant si nécessaire sa stratégie.

Enfin, il ne doit pas être réticent aux déplacements notamment lorsqu’il s’agit de restructurer de grands groupes avec différents sites éparpillés sur tout le territoire.

Formation et études

S’il n’existe pas de formation dédiée aux managers de transition, il existe quelques grandes écoles ou écoles de management qui proposent des formations qui se rapprochent de ce type d’activité. Il existe ainsi des parcours pour cadres supérieurs et dirigeants avec un accent prononcé sur le management, la stratégie commerciale et le comportement à adopter en cas de crise ou de transformation. Les différentes méthodologies abordées peuvent servir à un manager de transition dans le cadre de son cycle de prise de décision.

Il existe également des organismes qui proposent des formations sur le leadership ou pour agir en cas de crise pour un dirigeant. Cependant, les managers de transition s’appuient sur leur expérience professionnelle afin de remplir pleinement le rôle qui leur est confié.

Salaire

Selon les estimations de la fédération nationale du management de transition, le salaire d’un manager de transition oscille entre 120’000€ et 150’000€ par an. Pour les indépendants, ce salaire peut être revu à la hausse en fonction de leur taux d’occupation dans l’année.

Comment postuler en tant que manager de transition ?

Avec la crise à venir, nul doute que les managers de transition ne vont pas manquer d’opportunités, si vous êtes un manager avec de l’expérience, vous pouvez postuler auprès de cabinets spécialisés comme Wayden.fr. Ce genre de cabinet est un excellent moyen pour décrocher vos premières missions, vous pouvez regarder ici leur définition d’intérim management et qui explique ce que vous pouvez espérer pour commencer.

Après plusieurs années d’expérience, le bouche-à-oreille pourra facilement vous apporter davantage d’affaires et si votre notoriété est reconnue, il est fort probable que de grandes entreprises fassent appel à vos services.

Perspectives d’évolution

L’évolution naturelle d’un manager de transition est de diriger une entreprise en tant que salarié au sein d’un poste de direction. Il peut aspirer à devenir directeur général au sein d’un groupe en s’appuyant sur ses projets de transformation réussis afin de conduire le groupe au succès.

Poser une question