Question orientation, les erreurs sont autant chez les coachs que chez les élèves. Ce partenariat est efficace que si les deux parties arrivent à se corriger et à se comprendre.

1. Avoir une mauvaise opinion des métiers de l’orientation

Stop à l’expression « la conseillère de désorientation ». S’il est vrai que le coach en orientation n’a pas de solution miracle, il a des compétences. Il vient en aide aux étudiants indécis ou perdus et considérer que tous les coachs sont les mêmes personnages est un problème récurrent. L’incompétence de certains entache la réputation des coachs chevronnés qui ont une conscience. Il est très intéressant de passer par un coaching en orientation professionnelle pour juger de l’impact de leur travail.

2. Se reposer sur le coach

Le professionnel conseille, oriente et c’est là sa seule compétence. L’élève indécis ou distrait doit prendre son orientation en main. Faire des recherches personnelles pour optimiser ses chances. Le duo coach/étudiant ne match que s’il est complémentaire. Chacun apporte son avis dans le respect des échanges.

3. Ne pas respecter le principe d’impartialité

Chaque parcours scolaire doit être traité de façon individuelle et objective. Sans influencer l’élève. S’appuyer sur sa situation personnelle, sur une réussite ou un échec quelconque n’est pas une démarche éthique et dessert l’élève. 

4. Être dans le jugement

Juger un élève, c’est avoir une mauvaise et/ou une fausse opinion de lui. Le coach en orientation prend le risque de dévaloriser et dénigrer l’étudiant qui peut tout à fait signaler un abus ou une négligence au service concerné.

5. Ne pas écouter et ne pas regarder l’élève en face

Écouter attentivement, c’est s’impliquer dans le projet. Et en regardant l’étudiant dans les yeux, le coach considère l’élève et sa demande avec sérieux. Répondre à un appel téléphonique ou à un collègue de travail pendant un entretien n’est pas un comportement professionnel. Si l’élève est gêné, il ne reviendra pas.

6. Bâcler un rendez-vous

Recevoir pour recevoir. S’inscrire dans une démarche de quantité au détriment de la qualité relationnelle. Être impuissant face à un étudiant désœuvré et bâcler un entretien est une erreur dommageable. Chaque demande mérite de prendre le temps qui lui appartient. 

7. Donner des informations qui ne sont plus à jour 

La crise sanitaire a modifié le paysage économique. De nouveaux protocoles, de nouvelles aides et contrats sont en vigueur. Par ailleurs, plusieurs entreprises ont fermé. Vérifiez donc les sources, les adresses et les numéros de téléphone durant l’entretien avec le coach.

8. Se baser uniquement sur les résultats et les appréciations scolaires

Un élève qui cumule des mauvaises notes n’est pas un futur chômeur ni même un délinquant en sommeil. Le conseiller qui prend les notes de l’élève pour unique garantie d’une vie active accomplie est incompétent. Un élève qui a des mauvais résultats scolaires peut faire face à une vie personnelle compliquée. Et à l’inverse, un élève qui a de bons résultats scolaires n’a pas la garantie d’embrasser une carrière professionnelle impressionnante. Stop aux clichés.

9. Orienter l’étudiant en fonction du choix des parents

« Mon enfant deviendra médecin. Ma fille deviendra professeur de physique-chimie comme son grand-père. » Le poids des parents joue souvent en défaveur de l’enfant. Le coach doit systématiquement replacer le cadre et faire comprendre aux parents que seul le respect des aspirations de leurs enfants compte. Et seulement ça. 

10. Ne pas proposer de suivi

Considérer qu’un seul rendez-vous est suffisant, est une erreur. Suivre sur le long terme l’évolution de chacun des étudiants est la meilleure des méthodes pour comprendre la vie de l’étudiant. Le but étant d’établir une stratégie adaptée aux recherches et d’analyser son évolution et ses comportements.

Le coach en orientation qui évite certains écueils vous sera d’une utilité précieuse. Vous pouvez faire appel à des structures spécialisées dans l’orientation des collégiens, lycéens et étudiants comme Smen’Up. Mais seulement si vous apportez votre pierre à l’édifice aussi.

Poser une question