C’est à l’animateur ou l’animatrice environnement que revient le rôle d’accompagner, d’encadrer et d’animer des groupes afin de les sensibiliser à la protection de l’environnement et de la nature. Ces groupes peuvent être des élèves, des groupes périscolaires ou encore des adultes. Un animateur environnement a besoin d’une formation scientifique et technique.

En quoi consiste le métier d’animateur environnement ?

Faire connaître l’environnement et les enjeux de la protection de la nature, tel est le but de l’animateur environnement. Pour y arriver, il conçoit et fait la promotion d’activités et de diverses animations pédagogiques. Il utilise ainsi différents outils pédagogiques.

L’animateur environnement organise des sorties qu’il anime en même temps. Lors de ces sorties, il essaie de décrire au mieux l’environnement visité tout en insistant sur la spécificité de chaque endroit.

Le travail d’un animateur ou animatrice environnement peut ainsi être saisonnier. Il peut également collaborer à l’aménagement d’un site touristique particulier comme un parc national.

Les missions de l’animateur environnement

L’animateur environnement est un passionné de la nature. Il transmet cette passion à différentes personnes et partage ses connaissances de la biodiversité tout en sensibilisant les citoyens à l’importance de protéger l’environnement.

L’animateur environnement peut également utiliser ses connaissances et son savoir-faire pour promouvoir un lieu spécifique. En ce sens, il peut travailler pour une collectivité territoriale ou un parc naturel ou encore une association.

Les qualités nécessaires pour devenir animateur environnement

Pour pouvoir animer les groupes qu’il conduit, l’animateur environnement doit être créatif et avoir un bon sens de la communication. Sans ces qualités, il ne pourra pas attirer l’attention de son public. Il doit également savoir s’adapter à son public et être dynamique.

Enfin, un animateur environnement doit être une personne attentive et précautionneuse. En effet, il doit penser avant tout à la sécurité des personnes qu’il guide en leur proposant un parcours sécurisé et sans danger.

La formation et les études

Au niveau CAP, il existe le BAfA ou encore le certificat professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport mention animateur d’activités et de vie quotidienne (CPJEPS AAVQ).

Au niveau BAC, il y a le Bac pro GMNF ou Gestion des Milieux Naturels et de la Faune, le Bac Techno Stav ou Sciences et technologies de l’Agronomie et du Vivant et enfin le Brevet Professionnel de la Jeunesse, de l’Éducation populaire et du Sport ou BPJEPS avec spécialité éducation à l’environnement vers le développement durable ou loisirs pour tous.

Au niveau BAC +2, vous pouvez décrocher plusieurs diplômes, comme le DEUST GNM (Guide Nature Multilingue), DEUST TML (Technicien de la mer), le DEJEPS avec spécialité animation socio-éducative ou culturelle, le BTSA DATR (Développement Animation des Territoires Ruraux) ou encore le BTSA GPN (Gestion et Protection de la Nature).

Au niveau BAC +3 et plus, il existe des licences et des masters professionnels dans divers domaines comme l’aménagement (paysage, territoire et urbanisme), la biologie, le tourisme ou encore la protection et la mise en valeur de l’environnement.

Enfin, au niveau BAC +5, vous pouvez avoir un master professionnel ingénierie de projets touristiques et environnement.

Le salaire

Pour un débutant, le salaire minimal est le SMIC.

Les perspectives d’évolutions

Un animateur ou animatrice environnement peut travailler en indépendant. Il peut également travailler pour des organismes ou des associations et participer à diverses formations d’adultes et à des travaux d’encadrement.

Il peut se spécialiser dans l’animation d’un public d’enfants, mais au fil du temps, il peut également passer à l’animation de publics d’adultes.

Poser une question