Ce nouveau terme anglo-saxon est en train de bouleverser de manière significative la façon de former les gens et le marché du travail en général. Alors que les entreprises recherchent des profils polyvalents et fiables pour répondre aux enjeux de demain et de continuer à se démarquer dans un univers de plus en plus concurrentiel, le reskilling est devenu une sorte de bouée de sauvetage pour gagner en flexibilité, avec des bénéfices aussi bien pour les employeurs, les employés, mais aussi pour les personnes à la recherche d’emploi. Zoom sur ce qu’est le reskilling, son champ d’application et en quoi il se démarque des autres philosophies de formation.

Ce que l’on entend derrière le reskilling

Le reskilling consiste à former un employé ou une personne à la recherche d’un emploi sur un champ de compétence totalement différent de ce en quoi il s’est spécialisé. Le reskilling consiste donc à transmettre aux personnes qui sont formées, de nouveaux savoir-faire dans le cadre d’une reconversion pour répondre aux besoins actuels, tout en se familiarisant avec les nouvelles techniques et technologies.

Contrairement à l’upskilling qui consiste à spécialiser des personnes sur un champ de compétence en particulier en allant plus loin dans le domaine, le reskilling aspire à donner aux personnes la possibilité de conserver leur emploi tout en apprenant de nouveaux concepts, de nouvelles activités, parfois dans un département totalement différent. Il existe pour cela des formations spécifiques permettant, sous forme de bilan de compétence, d’estimer l’effort nécessaire pour la requalification et la réorientation de carrière pour mieux préparer les employés ou personnes à la recherche d’emploi de se familiariser avec les nouveaux outils.

Comment les entreprises utilisent le reskilling pour répondre à leurs nouveaux besoins

Le marché de l’IT évolue grandement, les techniques changes et les besoins aussi. Pour les entreprises qui souhaitent répondre de manière efficace à ces nouveaux besoins, le reskilling présente de nombreux avantages par rapport à un simple recrutement. Par exemple, l’entreprise peut bénéficier de personnes sous statut stagiaire rémunéré tout en étant pleinement membre d’une équipe. Cela permet également aux entreprises de maintenir dans ses effectifs du personnel compétent et bénéficiant d’une ancienneté notable, tout en pouvant compter sur ce même personnel pour répondre aux besoins issus de leurs anciennes activités.

Pour les personnes formées dans le cadre d’une opération de reskilling, cela leur permet d’avoir la quasi-certitude d’être embauchés une fois la formation terminée, mais aussi d’obtenir de belles perspectives de carrière grâce aux nouvelles compétences acquises. Les personnes qui bénéficient du reskilling peuvent garder leur ancienneté et rester dans l’entreprise qu’elles connaissent parfaitement.

Le reskilling a fait son apparition pour répondre à la problématique du manque de profils disponibles sur le marché notamment au niveau de l’IT, mais aussi pour combattre la pénurie dans certaines régions touchées par la fuite des talents.

A noter que dans le cadre d’un recrutement, le recruteur mise sur le reskilling pour former du personnel compétent, mais qui ne répond pas forcément à tous les critères requis pour le poste, avec à la clé un dispositif sur mesure pour intégrer les personnes formées via le reskilling au sein des équipes existantes. L’entreprise peut former directement les nouveaux employés si elle dispose d’un agrément de formation, ou faire appel à un organisme externe pour assurer la formation.

Reskilling et le marché de l’emploi

Suite à la crise de 2008-2009, le Pôle Emploi a été l’une des institutions pionnières en France a mise sur le reskilling, dès 2009, par la création de la Préparation Opérationnelle à l’Emploi Individuelle (POEI). Cela a permis à de nombreuses personnes victimes d’un licenciement de postuler à une offre sans pour autant répondre à toutes les exigences requises, tout en suivant une formation appropriée pour combler ce manque de compétences.

Aujourd’hui, les demandeurs d’emploi peuvent bénéficier de ce dispositif pour tout CDD de 12 mois et plus, CDI ou contrat de professionnalisation ou d’apprentissage d’au moins 12 mois. Le Pôle Emploi propose jusqu’à 400 heures de formation prises en charge dans le cadre du PIC (Plan d’investissement dans les compétences) afin de permettre aux demandeurs d’emploi d’être opérationnels rapidement. Pour le demandeur d’emploi, il perçoit une rémunération tout au long de la formation et d’une prise en charge des éventuels déplacements. Le demandeur d’emploi n’aura plus qu’à mettre à jour son CV avec ses nouvelles compétences, pensez aux sites proposant des ModelesCV pour vous aider.

Pour pouvoir en bénéficier, le demandeur d’emploi doit s’assurer que l’entreprise est prête à utiliser ce dispositif.

Poser une question